«

»

nov
08

Les entreprises donneurs d’ordres s’engagent sur le salon « Osez-nos compétences »

Le deuxième salon « Osez nos compétences » dédié au secteur adapté et protégé de Paris et d’Ile-de-France ouvre ses portes les 27 et 28 novembre. Après le succès de 2011, le programme de cette nouvelle édition s’intensifie. Rencontres, ateliers, démonstrations… Les établissements auront à cœur de bousculer les préjugés qui entourent le secteur, soutenus par un cercle de partenaires élargi. Tout en favorisant une meilleure compréhension et connaissance du secteur, ceux-ci s’investissent largement dans le salon et ses ateliers avec en vue, des finalités commerciales et relationnelles.

Découvrir et comprendre pour mieux agir. Voilà l’objectif premier des partenaires du salon « Osez nos compétences ». C’est ce qu’explique Cécile Espaignet, responsable de la communication à la Mutualité Française, qui fédère plus de 500 mutuelles mais également dix-neuf ESAT et sept EA mutualistes. « En tant que structure de l’économie sociale et solidaire à but non lucratif, il nous a paru assez naturel de participer au salon et de s’engager pour le financer. L’objectif pour nous est de promouvoir les structures du secteur face à des entreprises qui n’ont pas forcément connaissance de la manière d’y recourir. Soutien et reconnaissance, voilà ce que nous recherchons » explique-t-elle. Une démarche que partage le groupe La Poste, nouvellement partenaire du salon. « J’animerai un atelier sur « la capacité des ESAT et EA à répondre aux demandes des donneurs d’ordre » annonce Karine Ondet, responsable animation et méthodes à la Direction Achats Groupe. Cela nous permettra de montrer ce que les établissements mettent en œuvre pour s’adapter à la demande client, pour aller vers plus d’innovations et une collaboration toujours plus forte. Nous attendons : des échanges entre acheteurs et prestataires du secteur, une compréhension réciproque, des clés plus efficaces pour travailler ensemble » ajoute-t-elle.

Une forte volonté pédagogique

L’émulation du salon viendra donc en partie de l’organisation de cinq ateliers qui se veulent des lieux de dialogue et de compréhension pratique. La Société Générale participera à l’un d’entre eux, une façon de « montrer grâce à des actions bien identifiées, que les choses sont possibles dès lors que l’on accepte d’être en rupture dans nos process d’achat explique Linda Delort, responsable des relations achats et secteur adapté au sein de la mission handicap du groupe bancaire. Le secteur nécessite une certaine souplesse pour pouvoir mettre en place des prestations, pour monter un dossier ou une co-traitance par exemple ». Échange de bonnes pratiques, études de cas concrets, retour sur expérience, le salon s’annonce être une véritable plate-forme d’échange au service du secteur adapté et protégé. « Le but est de capitaliser sur les succès et de s’en servir comme d’un modèle à démultiplier résume Linda Delort. Nous souhaitons nous faire l’écho d’une démarche collectivement responsable et citoyenne qui nous permet de mettre en valeur les capacité des travailleurs handicapés » ajoute-t-elle. Un but largement partagé par tous les partenaires.

Des objectifs internes

Pour ces partenaires, l’objectif de ce salon est donc double. En faisant la promotion du secteur, ils seront également présents en tant qu’entreprise, avec leur propre politique de recours au secteur adapté et protégé. « Cette édition pourrait nous permettre de détecter un nouveau marché dans des domaines auxquels nous n’aurions pas forcément pensé » confie Linda Delort pour la Société Générale. Au groupe La Poste, Karine Ondet se réjouit également de « l’organisation d’échanges formalisés entre les Directeurs d’Etablissement et les Directeurs achats, qui favoriseront, nous l’espérons, l’émergence de futurs partenariats ». Une occasion que compte également saisir la Mutualité Française même si Cécile Espaignet insiste sur la présence du groupe « en tant que soutien au secteur du handicap, plus que pour respecter des obligations d’achat ». Valoriser et aider à la promotion du secteur fait d’ailleurs partie des objectifs des partenaires en matière de handicap. «  Cela correspond à nos engagements pour favoriser des partenariats pérennes et professionnaliser le secteur économiquement » explique Linda Delort. Il en va de même pour le groupe La Poste signataire d’un accord visant entre autres « le développement de la connaissance du secteur par les acteurs achats » et « la sensibilisation des donneurs d’ordre internes ». « Ce salon est donc un moyen de mettre en œuvre, en Ile-de-France, une partie des actions prévues dans notre accord » précise Karine Ondet. Acheteurs et donneurs d’ordres des partenaires seront donc largement présents sur le salon, « pour qu’ils se rendent compte concrètement de l’offre et qu’ils intègrent un réflexe systématique de recours à ce secteur économique » explique Linda Delort. Tout en faisant valoir le secteur, les partenaires en profiteront donc également pour appliquer leur propre politique de recours au secteur, et pour saisir, si l’occasion se présente, de nouvelles opportunités d’achats.

Laisser un commentaire